Digue

Digue

Les digues des étangs n’ont pas été modifiées depuis leur création. Elles sont formées d’un corroi de glaise damé d’environ 2 mètres de largeur, sur toute la hauteur et la longueur de digue, qui assure l’étanchéité de l’ouvrage.

En aval du corroi, un mur en maçonnerie épaulé d’un remblai de terre permet de résister à la poussée de l’eau. En amont, un contre mur en maçonnerie constitue la partie visible de la digue côté étang.

Ces digues parfois supérieures à 7 mètres de haut, appelées également barrages, font l’objet d’un classement au titre du code de l’environnement, comme ouvrages intéressant la sécurité publique. A ce titre, le syndicat remplit des obligations de visites et d’entretien réguliers de ces ouvrages.

Sur la chaine des étangs de Hollande, les séparations entre les différents plans d’eau ne sont pas des digues (sauf pour Corbet) mais des chaussées, qui sont moins larges et ne sont pas étanches. Elles supportent des chemins permettant de traverser et sont de formidables points de vue.

amont digue saint quentin